Reconstruction par lambeau

RECONSTRUCTION PAR LAMBEAU MYOCUTANÉ

La reconstruction par lambeaux utilise vos propres tissus (peau, graisse, muscle) pour recréer le volume du sein, en les déplaçant depuis une autre partie du corps (dos, ventre). Cette technique est aussi appelée reconstruction autologue. Différents types de lambeaux sont utilisés selon les cas : le lambeau du muscle grand dorsal, le lambeau du muscle grand droit de l’abdomen ou encore un embout libre de peau et de graisse prélevée au niveau de l’abdomen dit DIEP (de l’anglais Deep nferior Epigastric Perfactor).

Ses avantages

Les résultats de cette technique sont souvent satisfaisants d’un point de vue esthétique. La forme et la souplesse du sein sont plus naturelles, moins figée qu’avec un implant mammaire, puisque le sein est constitué des propres tissus de la patiente.

Ses inconvénients

L’intervention est plus complexe et plus longue que dans le cas de la pose d’un implant mammaire. Plusieurs mois sont nécessaires à une bonne récupération physique. Même si elle s’atténue le plus souvent avec le temps, une nouvelle cicatrice est créée à l’endroit où le lambeau est prélevé.

Les douleurs se localisent au niveau du site donneur (dos ou ventre) avec une perte de la sensibilité dans un premier temps à ces mêmes endroits.

L’arrêt de travail peut s’étaler de deux à quatre mois.

Les principales complications possibles sont :

  • Une infection, un hématome.
  • Une accumulation de liquide (lymphorrée) à l’endroit où le tissu a été privé.
  • La perte du lambeau par défaut d’alimentation en sang (nécrose). Ce risque est accru en cas de surcharge pondérale ou de tabagisme. Il est plus important en cas de reconstruction par DIEP.
  • Une éventration dans le cas de la reconstruction par lambeau de grands droits de l’abdomen.
  • Les complications propres à une prothèse interne quand elle est utilisée dans le cadre d’une reconstruction par lambeau de grand dorsal.
  • Un défaut de cicatrisation, entre autres en regard du site donneur, pouvant nécessiter des soins infirmiers.

RECONSTRUCTION PAR LAMBEAU MYOCUTANÉ DU GRAND DORSAL

Le muscle grand dorsal est un muscle mince et étendu de la région du dos. Lors d’une reconstruction par lambeau du muscle grand dorsal, le chirurgien prélève la quasi-totalité de ce muscle. Ce lambeau musculo cutané reste lié à l’aisselle par une partie de son tendon ainsi que son groupe vasculaire qui permettent de le maintenir vivant.

Le chirurgien introduit le lambeau par l’aisselle et le fait glisser sous la peau du thorax jusqu’au sein à reconstruire.

Pour assurer une restitution du sein, il faut reconstruire à la fois le contenant (l’enveloppe du sein) et le contenu (le volume du sein).

Dans la technique du lambeau grand dorsal, le contenu est assuré par le volume du muscle qui est transposé.

Néanmoins, celui-ci est souvent insuffisant pour avoir un volume identique au sein controlatéral.

Il existe alors 2 possibilités pour assurer un volume équivalent :

  • soit associer une prothèse au muscle
  • soit faire la technique du lipomodelage qui permettra par l’ajout successif de graisse d’avoir un volume similaire

Si une prothèse est associée, l’avantage est d’avoir une reconstruction de bon volume en 1 seul temps opératoire.

Si la technique de lipomodelage associé au grand dorsal est choisie, la reconstruction est dite autologue car elle est naturelle sans ajout de corps étranger. Toutefois, cela impose plusieurs temps de chirurgie pour obtenir le volume adéquat.

reconstruction-2Le contenant  (l’enveloppe du sein) est lui recréé par également 2 techniques :

  • soit prélèvement d’une palette cutanée dorsale avec le muscle
  • soit réalisation d’un lambeau d’avancement abdominal pour recréer la poche mammaire

Cette dernière technique présente l’avantage de ne pas rajouter de cicatrice au niveau du sein et d’éviter l’effet patch de la palette cutanée.

La reconstruction par lambeau du muscle grand dorsal assure une reconstruction de bonne qualité et une destechniques les plus réalisées tous les ans en France.

Son inconvénient majeur est de créer une cicatrice supplémentaire dans le dos.

Cette technique est cependant moins contraignante et moins longue que la reconstruction par lambeau du muscle grand droit de l’abdomen.

RECONSTRUCTION PAR LAMBEAU DE GRAND DROIT ABDOMINAL

Cette technique est souvent appelée Tram, ce qui signifie : Transverse Rectus Abdominis Myocutaneous flap.

Principe

Le muscle grand droit de l’abdomen s’étend du pubis au thorax. Lors d’une reconstruction par lambeau du grand droit de l’abdomen, le chirurgien prélève une palette cutanée importante (située entre l’ombilic et les poils pubiens) dont la vascularisation est assurée par le prélèvement du muscle grand droit dans le but de reformer le sein enlevé lors de la chirurgie mammaire non conservatrice (ou mastectomie).

Le chirurgien fait remonter ce lambeau musculo cutané vers le sein à reconstruire en le faisant glisser sous la peau de l’abdomen.

Le chirurgien prélève toujours la même quantité de peau car celle-ci recouvre la graisse dont il a besoin pour créer le volume du sein à reformer.

Ensuite, il adapte en supprimant de l’épiderme (la couche la plus superficielle de la peau) s’il a trop de peau ou de la graisse si le volume du lambeau est supérieur à celui du sein que l’on souhaite reformer.

Le lambeau du grand droit de l’abdomen s’adresse de préférence à des femmes qui présentent un excès de graisse au niveau de l’abdomen.

Ses avantages

Elle permet de reconstruire le sein sans utiliser de prothèse. Elle est cependant plus contraignante et plus longue que la reconstruction par lambeau du grand dorsal.

Ses inconvénients

Ses inconvénients majeurs sont de créer une cicatrice au niveau de l’abdomen et de fragiliser la paroi de l’abdomen.

Pour consolider celle-ci un renfort synthétique est souvent mis en place (plaque en maille souple).

TRAM-2

RECONSTRUCTION DIEP

DIEP signifie en anglais : Deep Inferior Epigastric artery Perforator flap.

La reconstruction par DIEP est une variante de la reconstruction par lambeau du muscle grand droit de l’abdomen.

Le lambeau est prélevé au niveau du bas-ventre. Le lambeau de peau et de graisse est le même que celui du TRAM, mais ici le muscle grand droit est laissé en place.

Sa vascularisation est alors assurée par des vaisseaux issus du muscle grand droit de l’abdomen appelés vaisseaux perforants. Ceux-ci sont disséqués dans le muscle puis coupé et rebranchés (artères et veines) à des vaisseaux receveur au niveau du thorax ou de l’aisselle, sous microscope.

Cette technique s’adresse à des patientes qui présentent un excès de graisse au niveau de l’abdomen. Elle est toutefois contre-indiquée chez les femmes fumeuses.

Elle nécessite la réalisation d’une imagerie préopératoire (IRM ou scanner) pour connaître la qualité des vaisseaux perforants.

Elle a pour avantage de permettre de recréer un sein de volume important et d’aspect naturel sans toucher aux muscles de l’abdomen.

Cette intervention a pour inconvénient d’être long et complexe ; elle nécessite en outre les compétences d’un chirurgien expérimenté en microchirurgie. Enfin, elle peut se compliquer d’un échec total du lambeau (15 % des cas).

En savoir plus : Reconstruction du sein par grand dorsal

En savoir plus : Reconstruction du sein par grand droit de l’abdomen

En savoir plus : Reconstruction du sein par Diep