Reconstruction de l’aréole et du mamelon

Principe

La reconstruction de l’aréole et du mamelon est la dernière étape de la reconstruction du sein.

Il est généralement préférable d’attendre plusieurs mois après la reconstruction du sein et l’éventuelle symétrisation.

L’intervention

Le premier temps repose sur la réfection mamelonnaire pour laquelle deux techniques sont proposées :

  • soit une partie du mamelon de l’autre sein est prélevé, pour le greffer sur le sein reconstruit : il s’agit d’une greffe mamelonnaire,
  • soit une plastie locale est réalisée, en utilisant la peau du sein reconstruit en regard de l’emplacement du futur mamelon : il s’agit là de la technique du lambeau en F.

La technique sera choisie avec votre chirurgien. Dans les deux cas, la projection mamelonnaire reste différente du sein controlatéral il n’y a pas de sensibilité retrouvée.

L’intervention est réalisée sous anesthésie locale et de nécessite aucune hospitalisation.

Un pansement au tulle gras sera à laisser en place pendant quelques jours avant d’être refait par une infirmière.

Le mamelon reconstruit, quelle que soit la technique utilisée, peut présenter des zones de souffrance et ne pas prendre en totalité. Lorsque la cicatrisation du mamelon est acquise on peut envisager la reconstruction de l’aréole que l’on propose par dermopigmentation.

DERMOPIGMENTATION

La dermopigmentation réparatrice (tatouage) utilisent des pigments qui sont des implants médicaux dermiques.

Cette technique qui permet de repigmenter les aréoles et les mamelons offre Dermographeplusieurs possibilités :

  • une pigmentation complète de la plaque areolo mamelonnaire après une réfection par greffe ou par lambeau du mamelon,
  • une re-pigmentation de l’aréole greffée trop pâle ou de trop petite taille,
  • une pigmentation aréolaire avec un mamelon en trompe-l’oeil.

Photo-dermoLa dermopigmentation consiste à implanter des pigments de couleur dans le derme, à l’aide d’aiguilles très fines stériles, à usage unique. Les pigments utilisés son non allergisant, et soumis à des réglementations CEE précises. Ce geste est indolore, et nécessite très rarement une anesthésie locale. Il se réalise une fois que la cicatrisation mamelonnaire est acquise, en cas de refection mamelonnaire préalable. La couleur obtenue peut s’atténuer dans le temps. Des retouches peuvent alors s’avérer nécessaires.

pour en savoir plus